Select Page

Moins d’un Français sur trois s’estime bien informé sur l’impact du numérique sur l’environnement

L’empreinte énergétique directe du numérique est en progression rapide : 9 % par an.

La part du numérique, selon le Shift Project, dans les émissions de gaz a effet de serre a augmenté de moitié entre 2013 et 2017, passant de 2,5 % à 3,7 % du total des émissions mondiales. L’explosion des usages et la multiplication des périphériques numériques fréquemment renouvelés sont les principaux facteurs d’inflation.La consommation d’énergie directe occasionnée par un Euro de numérique a augmenté de 37 % par rapport à 2010. Les émissions de CO2 du numérique ont augmenté entre 2013 et 2017 d’environ 450 millions de tonnes dans l’OCDE.

Selon une enquête réalisée par l’Observatoire du Numérique BVA / Digital Society Forum, les Français perçoivent encore mal les liens entre numérique et environnement. « En cause : un vrai manque d’information et de sensibilisation»., notent les auteurs de cette enquête. 27 % des personnes interrogées se sentent bien informées concernant l’impact du numérique sur l’environnement

Le lien entre numérique et environnement est encore mal perçu

« Quand on leur demande quels liens ils établissent entre numérique et environnement, les personnes interrogées évoquent aussi bien des éléments positifs (économiser du papier et préserver les forêts, favoriser l’écologie) que négatifs (pollution, consommation d’énergie)».   

« Quand on leur pose, en revanche, directement la question de l’impact du numérique sur l’environnement, ils sont alors deux fois plus nombreux à considérer que l’impact est négatif (40 %) plutôt que positif (21 %), tandis que 30 % déclarent ne pas savoir».

73 % estiment que le développement des équipements numériques a un impact important sur l’environnement (73 %), 63 % pour les objets connectés (63 %).

En revanche, les Français sont moins conscients des effets potentiellement importants de la consommation de contenu vidéo (49 %) et de l’envoi d’e-mails (48 %) sur l’environnement

Des positions partagées sur l’impact du numérique sur la transition énergétique

Les Français interrogés ont globalement du mal à se prononcer sur l’impact du numérique sur la transition énergétique : 24 % y voient un levier, 18 % un frein et 27 % déclarent ne pas savoir…

« De même, ils sont très partagés sur l’efficacité des outils numériques pour inciter à adopter des pratiques écoresponsables : 41 % les estiment efficaces et 39 % pas efficaces ».

Des pratiques écoresponsables amenées à se développer ?

Plus des trois quarts (79 %) nettoient régulièrement leur messagerie en supprimant des mails, se désabonnent (69 %) des newsletters non lues, ou encore paramètrent les appareils numériques en mode économie d’énergie (60 %).

Mais ils ne sont que 38 %, par exemple, à limiter le visionnage de vidéos sur Internet ou à éteindre leur box (30 %).

Des attentes fortes à l’écart des grands acteurs du numérique

« Pour une majorité des personnes interrogées, ce sont d’abord les grands acteurs du numérique (62 %) qui doivent s’impliquer dans la transition écologique à travers le numérique, devant les grands opérateurs télécoms (56 %), les citoyens (54 %) et le Gouvernement et les organisations publiques qui lui sont liées (52 %).

Pour l’heure, les opérateurs télécoms (50 %) et des grands acteurs du numérique (51 %) sont jugés majoritairement peu ou pas impliqués dans la transition écologique».

73 % des personnes interrogées estiment qu’il faut sensibiliser le grand public sur l’impact de leurs habitudes numériques sur l’environnement, et 51 % qu’il faut mobiliser les acteurs du numérique pour qu’ils sensibilisent les consommateurs à une utilisation « écoresponsable » de leurs produits (50 %).

« Sur le plan des innovations, ce sont l’utilisation de composants recyclés (58 %), le développement d’outils permettant de réduire l’impact du numérique sur l’environnement, comme une box qui s’éteindrait toute seule quand elle n’est pas utilisée (55 %) ainsi que le développement du secteur de la réparation et du reconditionnement des outils numériques (52 %) qui sont jugés prioritaires». 

À propos de l'auteur

Mission Société Numérique

La mission Société Numérique met en œuvre un programme d’action pour favoriser l’autonomie et la capacité de tous à saisir les opportunités du numérique et pour accompagner la transition des territoires. Notre ambition : structurer, outiller et accélérer des projets pour faire émerger une société numérique innovante et inclusive.

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter