Select Page

Tirer parti du numérique pour redynamiser les territoires ruraux

Pour conforter la redynamisation des campagnes et soutenir les initiatives locales, le Gouvernement a mis en place un plan d’action en faveur des territoires ruraux. Cet « Agenda rural » a été présenté par le Premier ministre, lors du congrès de l’Association des maires ruraux de France, le 20 septembre. Parmi les 173 mesures de l’Agenda Rural, un certain nombre visent à assurer  l’accès aux services numériques, s’appuient sur le numérique pour apporter des solutions ou s’inscrivent dans une démarche d’inclusion numérique.

 Territoires ruraux: un sentiment d’exclusion numérique

La prise en compte, dans le Baromètre du Numérique, du lieu de résidence permet de dresser un état des lieux des pratiques et compétences numériques des habitants des territoires ruraux ainsi que de leurs attentes.

Toute une série d’indicateurs suggèrent que les habitants de ces territoires figurent aujourd’hui parmi ceux qui bénéficient aujourd’hui le moins des opportunités liées au numérique.

  • Un taux plus élevé de non-internautes en milieu rural
  • Un moindre usage des services numériques
  • Une moindre propension à adopter de nouvelles technologies ou services numériques
  • Un sentiment d’exclusion numérique

Une proportion élevée de personnes résidant dans les villes de moins de 20 000 habitants  déclare « ne pas profiter du tout des opportunités offertes par le numérique » : c’est le cas tout spécialement « pour la vie de tous les jours », pour la vie citoyenne ainsi que dans le domaine des loisirs.

La suite : Les écarts entre ruraux et urbains dans l’accès et l’usage des services numériques persistent

1000 cafés pour les villages ruraux : l’appel à candidature prévoit des points d’accès numériques et des espaces de coworking

L’initiative 1000 cafés vise à recréer des espaces de rencontres et des services de proximité dans les communes rurales qui n’en ont plus.

Le groupe SOS vient de lancer un appel à candidature ouvert aux Maires de communes de moins de 3 500 habitants, pour identifier des lieux de création de cafés multiservices.

Les cafés proposeront des activités et services complémentaires, adaptés aux besoins exprimés par les habitants.

Parmi les services de proximité envisagés dans l’appel à candidature figurent (outre un dépôt de pain, un point de vente de produits frais locaux, un relais poste, un point d’information touristique) un point d’accès numérique, mais aussi un espace de travail partagé.

La suite : 1000 cafés pour les villages ruraux : l’appel à candidature prévoit des points d’accès numériques et des espaces de coworking

Accès aux services publics dans les territoires ruraux : La Cour des Comptes préconise « le développement d’une stratégie numérique inclusive ».

« Fragile, inégaux, mais résistants, les services publics parviennent à se maintenir dans les territoires ruraux » Dans un rapport consacré à l’accès aux services publics dans les territoires ruraux,  Cour des comptes estimait en mars 2019 que « contrairement à une perception répandue, il n’y a pas eu d’abandon généralisé de ces territoires par les grands réseaux nationaux de services publics ».

Rappelant que la transformation numérique de l’État et des collectivités territoriales, ainsi que la stratégie de l’État plateforme, constituaient des leviers d’efficience pour l’administration et de simplification pour les usagers, la Cour des Comptes préconisait « le développement d’une stratégie numérique inclusive ».

  • « Le développement d’une stratégie numérique inclusive impose la professionnalisation de l’intermédiation numérique mais aussi des mesures en faveur de la formation des usagers ».
  • « L’intermédiation numérique soulève plusieurs problèmes tenant à la formation des médiateurs, aux limites de leur intervention, à leur responsabilité juridique et à la protection des données personnelles des usagers. Il est fréquent que le médiateur numérique se substitue à l’usager et dispose de ses données confidentielles (identifiants, mot de passe) ».
  • « La formation des aidants et des médiateurs numériques doit être organisée. Elle doit inclure le réseau des MSAP et ses agents dont le rôle en matière d’accompagnement et d’inclusion numérique doit être renforcé. Par ailleurs, le périmètre de leur intervention (accompagnement ou substitution) doit être défini et celle-ci sécurisée ».
  • « Afin de favoriser l’inclusion numérique, des formations doivent pouvoir être proposées aux usagers dans divers lieux. L’expérience des chèques numériques de la mission « société numérique » de l’Agence du numérique répond à ce besoin.
  • « Au-delà de l’accès numérique, « un second niveau d’accueil, physique, doit être organisé ou préservé afin de ne pas pénaliser les usagers les plus éloignés du numérique, tant à raison de leurs conditions d’accès au réseau que de leurs capacités d’utilisation des outils ».

RuraConnect : pour transformer les mairies en tiers-lieu

L’association des maires ruraux de France (AMRF) a lancé fin août 2019 à RuralTic la plateforme RuraConnect : un site où les communes peuvent mettre à disposition des  des habitants, professionnels itinérants ou télétravailleurs des locaux communaux vacants, inoccupés temporairement. Une commune  souhaitant louer un espace doit s’enregistrer sur la plateforme. Trois catégories de lieux peuvent être proposés à la location : bureau isolé, salle de coworking ou salles de réunion.  La gestion des paiements est entièrement prise en charge par la plateforme qui utilise un système de paiement, inspiré des tickets restaurants. Ces « tickets collaboratifs » sont intégralement financés par les entreprises souhaitant offrir à leurs salariés la possibilité d’accéder facilement à un tiers lieux sans débourser un euro. Si les espaces proposés par les communes bénéficient d’une visibilité propre avec le site RuraConnect, ils sont aussi accessibles sur la plateforme du prestataire aux côtés de ceux proposés par des entreprises privées. L’AMRF mise sur les synergies entre l’offre privée et celle des collectivités pour mailler l’ensemble du territoire.

Le volet numérique de l’Agenda Rural

Parmi les 173 mesures de l’Agenda Rural présenté par le Premier ministre,  un certain nombre visent à assurer  l’accès aux services numériques, s’appuient sur le numérique pour apporter des solutions ou s’inscrivent dans une démarche d’inclusion numérique.

Assurer l’accès au numérique dans ces territoires

  • Résorber en cinq ans les zones blanches de téléphonie mobile et déployer la 4G sur tous les pylônes existants d’ici 2020.
  • Dans le cadre des prochaines attributions de fréquence pour la 5G, imposer un quota minimal de sites 5G à déployer dans les territoires ruraux.
  • Rendre attractives les solutions de THD satellite en apportant une aide de 150 € par installation et en lançant une nouvelle génération de satellite en 2021.

Soutenir les petits commerces et les lieux de convivialité dans les territoires ruraux

  • Soutenir 150 tiers-lieux en milieu rural, dans le cadre du programme « Nouveaux lieux, nouveaux liens ». Les tiers-lieux sont des espaces mutualisés, qui rassemblent un ensemble de services de type coworking, fab-lab, ressourcerie…Ce programme apportera un soutien financier à ces projets pour sécuriser les modèles économiques et mettre en réseau les porteurs de projets.
  • Déployer 1 000 cafés pour aider l’activité économique et la présence de lieux de vie dans les villages.
  • Déployer 33 campus connectés dans les territoires ruraux, afin de permettre aux jeunes bacheliers habitant en zones rurales de poursuivre leurs études supérieures à distance en bénéficiant d’un accompagnement renforcé. Une réflexion sera engagée sur l’adaptation de ce dispositif aux apprentis.

Faciliter l’accès aux services publics en zone rurale

  • Créer, d’ici la fin du quinquennat, au moins une maison France Services par canton pour permettre à tous les habitants de disposer d’un socle de services publics à proximité de chez eux. Au moins 300 maisons France Services seront déployées, début 2020, dont une grande partie dans les territoires ruraux. La création de ce nouveau réseau sera rendue possible par un soutien financier accru de l’État, le renforcement de la formation des personnels d’accueil et une plus grande offre de services proposés dans ces structures.
  • Développer l’accueil de premier niveau en mairie, par une articulation étroite entre le réseau des maisons France Services et le maillage des mairies qui y sont rattachées, et la formation des secrétaires de mairies.
  • Expérimenter le dispositif « AidantsConnect » dans les territoires ruraux pour protéger les usagers et les personnes « aidantes » qui les accompagnent dans la réalisation de démarches administratives en ligne.

Permettre à la jeunesse de s’épanouir dans les territoires ruraux

  • Déployer « La Boussole des jeunes » dans les territoires ruraux. La Boussole des jeunes est une plateforme qui permet aux jeunes de disposer d’un accès facilité aux services qui leur sont offerts au niveau national (permis à 1 € par exemple) mais aussi au niveau local par les dispositifs déployés par les collectivités à destination de la jeunesse (par exemple : cartes de réduction pour les transports, offres d’abonnements culturels et sportifs, dispositifs de recherche d’emploi…). Ce dispositif facilite l’accès des jeunes à l’ensemble des services qui leurs sont offerts dans leur vie quotidienne en regroupant ces services sur un espace numérique unique et dédié, services dont ils n’ont pas toujours connaissance.
  • Déployer « Pix », le service public de certification des compétences numériques, lors du SNU et mettre en place les formations adaptées à l’issue
  • Déployer 15 000 services civiques dans les territoires ruraux, notamment auprès des personnes âgées et dans les collectivités territoriales.

Favoriser l’inclusion numérique pour les publics éloignés

  • Offrir un bouquet d’applications numériques clé en main pour les collectivités et les habitants des territoires ruraux. Une start-up d’État « Territoires Store » sera lancée notamment dans les territoires ruraux pour permettre aux élus de proposer, via une application, des services de proximité : réservation de places en crèches, menus de la cantine, etc.
  • Créer une plateforme collaborative d’information sur les projets numériques des territoires. Une start-up d’État sera lancée pour recenser les solutions disponibles et les bonnes pratiques pour les collectivités, élaborer un annuaire des aides, alimenter un centre de ressources et de documentation à destination des élus locaux leur permettant de développer leurs propres projets.
  • Lancer une concertation avec les acteurs publics pour proposer des formations et des programmes de sensibilisation au numérique et à l’innovation.

Favoriser l’accès à la culture en milieu rural

  • Déployer à minima 200 Micro-Folies dans les territoires ruraux, sur les 1 000 déployés à l’échelle nationale. Les micro-folies, déployées dans les territoires volontaires, sont des tiers-lieux culturels innovants composés d’un musée numérique et d’animations culturelles dans des territoires volontaires.

Mieux se déplacer en milieu rural

  • Encourager les solutions sur la mobilité du dernier kilomètre par les contrats de réciprocité et le développement de l’intermodalité.
  • Favoriser les plateformes de mobilités en zones rurales. Dans le cadre de la compétence « mobilité solidaire » ouverte par le projet de loi d’orientation des mobilités, les autorités organisatrices de mobilités (AOM) pourront organiser des services particuliers dédiés aux personnes en situation de vulnérabilité sociale ou économique, aux personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap.

Les tiers-lieux en milieu rural, catalyseurs de développement local

Une première génération de « télécentres » avait déjà vu le jour en milieu au cours des années 2000. Au travers d’un appel à projet  en 2005,  la DATAR (à l’époque la DIACT)   fixait un objectif de 100 télécentres accueillant 1000 emplois à l’horizon 2007.   Début 2011, 35 télécentres en zone de revitalisation rurale étaient opérationnels. En 2011, le géographe Bruno Moriset dressait un bilan sévère de ces télécentres : « près de la moitié étaient vides la plupart du temps, plus d’un quart étaient des fiascos complets». La  promotion du coworking en milieu rural suscite depuis deux ans de nouvelles initiatives, régionales ou departementales. L’accent est désormais  placé sur la mise en réseau, la professionnalisation,  l’animation, l’adossement ou le croisement avec d’autres formes de tiers lieux, comme les Maisons de service au Public (MSAP), les espaces publics numériques (EPN) ou des pépinières.

Lire la suite :  Les tiers-lieux en milieu rural, catalyseurs de développement local

Médiation et formation : deux priorités pour le réseau rural français

 Le Réseau rural français (RRF), copiloté par le Ministère chargé de l’agriculture, le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires (CGET) et l’Association des Régions de France (RdF), avait rendu public en novembre 2017, à l’occasion de son séminaire annuel, un rapport sur « L’impact des usages du numérique sur le développement rural : Constats & Questionnements ».

Outre les enjeux liés à la couverture numérique en Très Haut débit, ce rapport mettait en relief deux priorités : formation et médiation

  • « De nombreux élus et acteurs locaux et territoriaux peinent à saisir la dimension politique, globale et prospective du numérique, les transformations socio-économiques en cours et à venir qu’il suscite. 
  • La majorité des habitants se sait utiliser ces technologies pour des usages particuliers. Mais ce n’est pas le cas pour 15 à 20 % d’entre eux qui connaissent un vrai problème dans les usages du numérique ou ne savent tout simplement pas s’en servir.
  • L’enjeu de formation concerne aussi l’agriculture : l’utilisation de données numérique transforme aussi ce métier et nécessite pour cela des formations à la maîtrise des outils.
  • Plus la société devient numérique, plus elle appelle de nouveaux lieux physiques de médiation et d’accompagnement des citoyens.  Ces lieux peuvent prendre des formes très différentes : maisons de services aux publics, espaces publics numériques, tiers lieux, points contacts postaux. 
  • Ces espaces de médiation ne concernent pas seulement les citoyens mais aussi les élus et les agents des collectivités.  Il est aussi proposé la création d’un service national mutualisé de conseil et d’assistance à leur intention. »

À propos de l'auteur

Labo ouvert

Collectivités, acteurs publics, chercheurs, citoyens, envoyez vos propositions d'articles ou de valorisation de données !

.

Twitter